Author Archives stephane dubreil

url1

L’emblème de Hydra : une pieuvre dont les tentacules peuvent étouffer le monde, la tête de mort qui rappelle le projet morbide de l’organisation et l’insigne SS. Copyright Marvel/PAnini

 

7 décembre 1941, le Japon attaque Pearl Harbor, les États Unis entrent militairement dans la Seconde Guerre mondiale. Mais à bien y regarder, ils ont commencé à combattre l’Allemagne nazie une année plus tôt. Décembre 1940, Captain America arrive sur le marché et sur le théâtre des opérations. Sa mission est clairement définie par ses créateurs : botter le cul aux dictateurs fascistes. Dans cette croisade, il va affronter une organisation créée par des nazis entre plus tarés que les nazis originaux : Hydra. Cette organisation perdure dans le temps, les scénaristes l’adaptant suivant les époques en lui laissant beaucoup de ses caractéristiques d’origine. C’est le cas entre 1965 et 1967 quand Nick Fury est chargé de son cas. (suite…)

Juin 03, 2015
wotan Editions Dupuis Eric Liberge
Couverture de l’intégrale. Pas de croix gammée : c’est un choix de l’auteur qui ne voulait pas tomber dans la facilité. Le nazisme est présent au travers du double éclair, rune symbole des SS et de l’attrait d’Himmler pour les cultures nordiques. L’enfant, Louison, représente l’innocence fracassée par la guerre. Wotan, ce titre étrange qui domine la scène vient d’un texte du philosophe Carl Jung qui dans les années 30, parle de la montée inquiétante du wotanisme en Allemagne. Le wotanisme est une renaissance des religions nordiques au début du XXe siècle. Cette renaissance est conduite par des illuminés qui prônent la suprématie de l’homme blanc, aryen, sur les autres peuples. Le wotanisme est une part méconnue de la construction idéologique nazie notamment pour ce qui concerne le discours sur l’inégalité de « races » et l’élimination jugée nécessaire de certaines d’entre elles.

 

Parmi tous les albums consacrés au nazisme ou à la Seconde Guerre mondiale, Wotan occupe une place singulière et lire Wotan est une expérience éprouvante. Eric Liberge ne décrit ni la montée du nazisme ni le déroulement de la guerre, encore moins des actions héroïques ou dignes de rester dans les mémoires. Son projet est plus vaste et plus circonscrit : comment montrer l’horreur de ce régime, comment raconter ce qu’il a de plus noir, comment décrire les sentiments, les consciences anéanties par ce système ? (suite…)

Juin 03, 2015

Choisir dix héroïnes de la bande dessinée historique n’est pas évident. Si on peut considérer qu’elles ne sont pas assez nombreuses, il y a parmi ces femmes, en majorité créées par des hommes, un grand nombre de personnages forts et profonds. Cette liste ne prétend ni à l’exhaustivité des caractères, ni à dégager des lignes qui pourraient rendre compte de la place des femmes dans l’ensemble de la production. Cependant, ces dix portraits peuvent servir de points d’entrée d’une analyse historique plus large sur la place des archétypes et l’utilisation de la biographie historique de personnages féminins dans les récits dessinés. Le fait de mettre une femme ou une fillette en avant n’est pas indifférent. Il relève d’une volonté de donner un sens particulier au projet.

Quel que soit le personnage principal choisi par les auteurs comme moteur d’une bande dessinée historique, les réflexions sur ce que nous apprennent ces récits sur la place des femmes dans les mentalités sont de trois ordres.

(suite…)

Avr 13, 2015