morris

La Conquête de l’Ouest américain, la période qui va de 1820 au début XXe siècle avec l’arrivée de l’automobile et donc la fin de domination sans partage du cheval, est peu, voire pas du tout, traitée dans les programmes d’Histoire du secondaire. Les élèves étudient la guerre d’indépendance, ses causes et ses conséquences, et ne retrouvent en cours d’Histoire la première puissance économique mondiale que pour son rôle dans la révolution industrielle puis lors de la Première Guerre mondiale.

C’est pour cette raison que pour le sixième numéro du webzine Cases d’Histoire nous délaisserons, pour une fois, la discipline purement historique pour proposer des pistes pédagogiques dans un enseignement très souvent confié aux professeurs d’histoire-géographie : l’éducation morale et civique (EMC).

(suite…)

Juin 30, 2016

CMcouvPourtant personnage la plupart du temps très secondaire, la figure du croque-mort fait les beaux jours des aventures de Lucky Luke depuis le début de la série. Avec un degré de sympathie inversement proportionnel à son importante fonction sociale. Tout récemment, ce personnage est revenu sur le devant de la scène avec deux séries où le héros a pour profession d’enterrer les morts. Stern et Undertaker renouvèlent ainsi la vision du croque-mort et redonnent du lustre à une profession mal aimée. (suite…)

Juin 28, 2016

LL08Bien que l’intention des auteurs de Lucky Luke soit à mille lieues de réaliser des manuels d’Histoire, les albums de la série regorgent de faits et de personnages réels. Initié par Morris puis Goscinny (un habitué du genre), et pris à leur compte par les scénaristes postérieurs, le procédé donne une profondeur supplémentaire à une série qui jusque là se bornait au terrain de l’aventure. Doit-on pour autant considérer toutes les allusions présentes dans Lucky Luke comme historiquement exactes ? Pas si sûr. Panorama. (suite…)

Mai 27, 2016
empereursmith3bis

© 2015 DARGAUD / GOSCINNY – MORRIS

Si la bande dessinée a globalement été très accommodante avec le Petit Caporal, le personnage était, de par sa renommée, naturellement destiné à faire l’objet de caricatures et de pastiches. René Goscinny s’en est ainsi inspiré à deux reprises : à travers un long clin d’œil dans Astérix en Corse, puis abondamment dans L’Empereur Smith. (suite…)

Juil 23, 2015